LES MINISTRES-CANDIDATS

De nombreux ministres du gouvernement Jospin sont engagés dans la bataille des municipales.

5 MINISTRES A L’ASSAUT DE VILLES DETENUES PAR LA DROITE

5 membres du gouvernement ont choisi de mener des batailles difficiles en partant à l’assaut de villes détenues actuellement par la Droite.

A Beziers, Jean-Claude Gayssot, espére profiter de la dynamique de la Gauche plurielle pour conforter la reconquête du PC dans l’ancien " Midi Rouge ".Les choses semblent un peu plus aisées pour le Ministre des Transports depuis qu’un accord est intervenu avec l’ancien maire PS Alain Barrau.

Mais le maire DL Raymond Couderc qui l’a emporté en triangulaire en 95 est bien installé dans cette ville qui a voté 55 % pour Jacques Chirac aux présidentielles, ou droite et gauche ont fait jeu égal aux européennes. Une inconnue qui déterminera l’issue du second tour, le score de l’extrême droite, Jean-Marie le Pen a réalisé jusqu'à 22 % des voix.

A Avignon Elisabeth Guigou est engagée dans une bataille qui s’annonce extrêmement périlleuse. Dans ce duel de femmes, le ministre est opposée au maire Marie-Josée Roig, trés bien implantée, et Avignon a voté Jacques Chirac aux présidentielles.

Aux législatives de 97, Guigou n’avait devancé Roig sur la ville d’Avignon intra muros que de 52 voix. Surtout l’hypothése d’une triangulaire qui avantageait la candidate socialiste semble s’amenuiser avec le recul de l’extrême droite, alors que dans le même temps, elle doit faire face à une liste d’extrême gauche.

Le rendez-vous est décisif pour Elisabeth Guigou qui traverse un passage difficile qu’elle a quitté la chancellerie. Son parcours comme successeur de Martine Aubry est encore un peu hésitant, sa prestation moyenne au congrés du PS, tout cela fait qu’elle est affaiblie.

Les sondages prévoient une partie trés serrée, et pour l’instant accordent un léger avantage à la sortante RPR.

Dominique Voynet à Dôle méne aussi un combat loin d’être gagné. Le ministre de l’environnement qui avait été éliminée au premier tour par le candidat socialiste en 95, qui s’était lui même incliné face au maire EDF Gilbert Barbier.

Les sondages indiquent que la gauche progresserait mais que l’avance de la droite resterait nette (55-45).

Contrairement à Beziers et Avignon, la sociologie électorale est ici plus favorable à la gauche majoritaire ici aux présidentielles aux européennes. Mais la personnalité du maire divers droite, l’implantation plus difficile du ministre de l’environnement font q’un succés reléverait de l’exploit. Derniére contrariété pour le chef de file des Verts, le MDC de JP. Chevénement a appelé a voter nul

Non loin d’ici Pierre Moscovici lui aussi avait été battu en 95 dés le 1er tour à Montbéliard. Le maire RPR l’avait emporté avec 58 % des voix .Mais le ministre s’est installé, la gauche progresse aux européennes, elle a fait jeu égal avec la droite ; le ministre des affaires européennes peut espérer l’emporter.

Enfin dans le Val de Marne, Roger Gérard Schwartzenberg qui avait été battu par Roger Gresil (UDF) en 95 à Villeneuve Saint Georges, dans une triangulaire, tentera de reconquérir cette cité du Val de Marne qui vote traditionnellement à gauche.

 

LES MINISTRES EN BONNE POSITION

Citons d’abord Daniel Vaillant bien placé pour conserver le 18 éme arrondissement de Paris à la gauche, et qui dans la conquête de Paris, par la gauche aurait joué bien évidemment un rôle décisif.

D’autres auront une partie plus facile, parce qu’ils étaient maire sortant et qu’ils ne semblent pas menacés , parmi lesquels Marylise Lebranchu à Morlaix ; Jack Lang à Blois, Christian Pierret à Saint-Dié, Claude Bartolone au Pré Saint-Gervais , certains ministres restent d’ailleurs ambigus quant à leur intention pour l’après mars.

Jean-Jacques Queyranne, vise lui la présidence de la Courly, ce qui provoque une tension avec le candidat PS à la mairie de Lyon, Gerard Collomb.

Certains ont choisi de ne pas être tête de liste, soit par application du cumul soit par choix personnel : Laurent Fabius comme Alain Richard seront seconds de liste, Michéle Demessine n° 3 de la liste Aubry , Jean Luc Melenchon, Michel Duffour à Nanterre seront également candidats; tout comme Florence Parly qui a choisi de figurer elle en fin de liste à Paris ;

Bernard SANANES pour BFM — 5/02/01