Les questions-clé des municipales (par B.SANANES)

Vous le savez pour ce qui me lisent régulièrement, je suis un passionné de la carte électorale. J’essaie de donner ici, succinctement, quelques clés de lecture des deux soirées électorales.
Je concentre mon propos sur les villes de plus de 30.000 habitants.

1/ Abstention différenciée ou démobilisation généralisée?

Ce dimanche, pour le premier tour, l’enjeu clé c’est bien sur la mobilisation ou la non-mobilisation des différents électorats. Dans les grandes villes, la victoire annoncée de la gauche ne va-t-elle pas démobiliser un électorat « bobo » qui n’est pas par tradition celui qui vote le plus massivement.
A l’inverse dans les villes moyennes ou la droite a le plus progressé en 2001, l’électorat de droite va-t-il montrer son « mécontentement » en s’abstenant ? Ces deux phénomènes seront-ils de même ampleur ? Vont-ils s’annuler ou au contraire, une mobilisation de la gauche et du modem drivée par des considérations nationales va-t-elle s’ajouter à la déception du sarkozysme à droite offrant au soir du premier tour un paysage municipal en net recul pour la droite ? Dimanche avant 20h, ce n’est pas le taux de participation national qui pourrait être en recul ,c’est l’abstention ville par ville qu’il faut regarder et qui donnera  une idée de la physionomie du premier tour.

2/ Le rapport de force dans les villes de + de 100 000 habitants sera-t-il inversé ?

C’est vraisemblable. Aujourd’hui 20 de ces villes sont détenues par la droite,15 par la gauche, et Rouen, Caen, Strasbourg semblent en mesure de basculer. Toulouse aussi, mais mon pronostic est que compte tenu notamment de la personnalité du candidat socialiste, la ville rose restera à droite.

3/ La gauche effacera t elle 2001 en nombre de villes gagnées ?

C’est vraisemblable aussi. Rappelons que la droite  a progressé de 23  villes en solde net il y a 7 ans . Pour la première fois depuis 1977 comme le rappelle un tableau très bien fait publié par l’Expansion, la droite est aujourd’hui legèrement majoritaire (121 villes contre 115 à la gauche).De toute façon, la majorité présidentielle ne peut pas espérer grand chose. Simplement limiter les pertes. Mais surtout quand on analyse ville par ville, on se rend compte que la droite compte sur les doigts d’une main les chances de conquête. Les sondages publiés lui laissent peu d’espoir à Angers et Chambery que pourtant elle visait. Tourcoing et Belfort sont accessibles difficilement et si l’electorat FN votent pour les candidats de l’UMP. Seul Saumur semble à portée de main. De son côté la gauche semble en mesure d’effacer les pertes subies en 2001.Le PS peut notamment reprendre sur la droite Caen (sego 55 %), Rouen, Quimper (sego 59), St brieuc (sego 58), Laval, Tarbes, Blois,Cahors (segolene 59) ,Rodez, Montauban, Brive, Reims, Orleans, Montlucon, Colombes, Chalons sur saone, Garges, Chateauroux, Millau. C’est bien sur dans l’ouest et le sud ouest, que la gauche peut espérer marcher sur les traces des bons scores de Ségolène Royal . Elle le peut d’autant plus que c’est à l’ouest du fameux axe Calais-Perpignan dans les terres radicales et démocrates chrétiennes qu’un électorat modéré peut faire porter aux candidats de l’UMP le chapeau des excès du sarkozysme. Pour conclure sur ce sujet, 20 villes de plus de 30.000 habitants gagnées me semble l’étiage minimum pour le PS. A 30, l’avertissement est plus sévère pour la majorité. Autour de 40, la droite subit une déroute proche de celle qu’elle a connu en 1977.

4/ Le MODEM fera t-il la bascule ?

Pour lire le score du MODEM et son impact au deuxième tour, au-delà de Pau ou à mon avis Bayrou l’emportera au final de justesse, je vous conseille de suivre plutôt Aix en Provence ou François Xavier de Perretti, un bon candidat aura le choix entre se maintenir ou de s’allier avec(plutôt avec le PS semble t-il. Même cas de figure à St Etienne ou Gilles Artigues ancien adjoint du maire sortant sera en position d’arbitre et pourra se maintenir ou s’allier avec l’UMP comme avec le PS.  A Paris, dans les arrondissemments de droite comme le 7eme, ou le 15eme comme à Rennes, on verra si une partie de l’électorat conservateur choisit de voter Modem pour sanctionner la majorité malgré les œillades de Bayrou à la gauche.

5/Le communisme municipal résistera t il ?

Le PC mesurera sa résistance essentiellement dans les primaires ardues de Seine St Denis comme à la Courneuve, Pierrefitte ou Aubervilliers. Le PC espère reconquérir Le Havre (je n’y crois pas) Dieppe et Vierzon (possible).Enfin le parti de la place du Colonel Fabien peut sauf miracle perdre le conseil général du 93.

6/ L’investiture officielle terrassera t-elle les dissidents ?

C’est souvent vrai aux législatives, çà l’est moins aux municipales. Les divisions sont nombreuses et fratricides à droite comme à gauche.  A gauche on suivra  notamment Montreuil (Brard/Voynet),  Evreux (3 listes), 20 eme de Paris (Charzat/Calendra), et un affrontement un peu suicidaire à Henin Beaumont qui pourrait faire le jeu de Marine le Pen, A droite, on suivra surtout Reims (Vautrin/Dutreil), Versailles (Devys/De Maziere)  et Boulogne Billancourt (Baguet/Fourcade)

7/Les inamovibles feront ils le combat de trop ?

Pas sur sauf à Metz ou Jean Marie  Rausch 78 ans maire depuis 1971, est menacé. Mais à Nancy, André Rossinot 4 fois réélu, à Orly Gaston Viens qui vise un 8eme mandat, à Martigues Paul Lombard 80 ans, sont favoris. A Rennes en revanche Edmond Hervé ne se représente pas et installe dans un fauteuil un successeur Daniel Delaveau.

Merci de vos commentaires et de vos remarques qui nourrissent le débat. Nous vous ouvrons une tribune d'expression où vous êtes responsable de ce que vous écrivez. Sur notre site, nous n'acceptons pas de commentaire anonyme, chaque rédacteur doit avoir le courage de ses opinions (un modérateur contrôle les contenus déposés et dispose de l'adresse IP de l'ordinateur émetteur).
blog comments powered by Disqus